détenteurs du bon gout

10 mai 2012

3615 raconte ta vie.

      Aleluja, il est né le divin enfant, épiphanie, fournaise et déchaînement divin, explosions dans le ciel et feux d'artifice, Casterman a enfin réimprimé Silence et La Belette. C'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. Je vais vous raconter la belle et tendre histoire de ma petite personne, il y a une quinzaine d'années de cela, faisant la mythique et irréversible rencontre de Comès, signant par là un pacte de sang avec la littérature. J' étais donc minaude, huit ou dix... [Lire la suite]
Posté par Ina Wungerors à 23:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2012

Ina parle d'elle à la troisième personne et aime Enrique Fernandez très fort avec des petits cœurs partout

   Préambule Il est un concept que vous devez intégrer avant toute présentation de Enrique Fernandez. La nicitude (prononcer naïecitude, c'est un anglo-néologisme). La nicitude, c'est un état d'esprit, un registre d’œuvre, un pan d'existence qui te met du soleil dans ton petit cœur. Un texte, une musique, un film, n'importe quoi, n'importe qui, qui te donne l'impression que le Père Noël (ou toute allégorie de la rassurance (oui je fais un article néologiste) qui te conviendra ; ta mère, Baba Yaga ou David... [Lire la suite]
Posté par Ina Wungerors à 14:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2012

Parce que nous aussi les grosses laides nous avons droit à nos histoires d'amour.

    Salut, toi aussi tu es grosse ? Je te parle pas d'une grosse de type « burlesque », qui après un brushing et un coup de rouge à lèvres se retrouve métamorphosée en sosie de Marylin. Je te parle d'une vraie grosse qui ne peut pas porter de bottes parce que malgré sa pointure 38, aucune chaussure ne saurait embrasser la circonférence monumentale de son mollet. Une véritable obèse qui doit soulever ses bourrelets pour nettoyer entre les plis. Un tas à double menton dont la chair tressaute à chaque pas. Et... [Lire la suite]
Posté par Ina Wungerors à 15:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 janvier 2011

Aspirine c'est ma coupine

Comment te dire que si tu n'as jamais lu le blog d'Aspirine, ta vie est plutôt laide et que tu mérites que je te tutoie. Oui, je sais, je sais, c'est virulent comme entrée en matière. Mais maintenant que tu as cliqué sur le petit lien que je t'ai mis (clic sur le nom de Aspirine, tu verras ça t'emmènera dans un pays joli) tu te rends compte que j'ai raison. Et si tu n'as pas cliqué sur le lien voilà toute une liste d'arguments qui vont faire que tu vas bientôt adhérer à son fan club (qui sera créé un jour, peut-être, par moi-même,... [Lire la suite]
Posté par Ina Wungerors à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 décembre 2010

Parce que parfois, la BD, c’est beau à en pleurer

On ne va pas refaire l’histoire de l’art et sa « Théorie de l’évolution » qui mène de la peinture à la photo et de la photo au cinéma, mais on pourrait quand même la compléter car, après le cinéma vient peut-être le BD et sa faculté à explorer des choses que ni le cinéma ni la littérature ne peuvent atteindre : le chevauchement entre mots et images. Quand l’un est au service de l’autre (et inversement), on a une BD réussie. Et comme le bon Dash Shaw a compris ça, il a tout compris. Bottomless Belly Button est, à ce titre, une grande... [Lire la suite]
Posté par Armand A Lechare à 23:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 décembre 2010

What's in your head, in your head, zombie, zombie, zombie?

Parait-il que les scenarii apocalyptiques offrent aux auteurs la possibilité de parler de l’âme humaine et de développer quelques considérations d’ordre sociales. Pour Yusaku Hanakuma l’âme humaine prête donc à rire, parce que dès les premières pages de Tokyo Zombie, on rit. Ça commence par deux tocards, Fujio et Mitsuo, qui , au lieu de bosser, s’adonnent à leur passion, le judo. Mais le patron ne l’entend pas de cette oreille et les traite de tocards qui font du judo au lieu de bosser. Fujio et Mitsuo décident que ça ne va pas se... [Lire la suite]
Posté par Ina Wungerors à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 décembre 2010

Hey Joe, where you gonna run to now ?

               Joe Matt est un tocard, une anomalie dans l’évolution de l’Humanité, un primate immature, humainement affligeant et détestable. Le pauvre type, c’est lui, et il le sait. Et c’est là que se niche tout le génie de son travail. Ses deux BD autobiographiques sont de pures merveilles. Dans Le pauvre type, Joe est un gars proche de la trentaine, normal et sans histoires. Il vit avec sa copine Trish et essaye d’écrire des BD : la banalité dans toute sa splendeur. A noter... [Lire la suite]
Posté par Armand A Lechare à 10:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 décembre 2010

Ina n'aime pas que la littérature métaphysique, elle aime aussi les bédés et la baston

Ankama a bientôt dix ans, et la maison d'édition qui n'a de cesse de grimper investit un nouveau champ littéraire: le comic (oui, c'est de la littérature, si,si; alors ok, si aujourd'hui dans un salon mondain vous invoquez comparativement les noms du Professeur Xavier et de Deleuze vous passerez probablement pour un blaireau illuminé, mais c'est momentané, je vous assure. Ils verront bien dans vingt ans quand Stan Lee sera sacré prix Nobel de la littérature à titre posthume.). Remington, signé Tot et Adrian est donc sorti la... [Lire la suite]
Posté par Ina Wungerors à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]